Réseau Forum des Droits Humains

à Orléans, faire avancer les droits de toutes les personnes humaines

The darkside of Nouvelles Technologies de communication.

Le 4 octobre 2020, le groupe Amnesty International de l'Orléanais et la FCPE du Loiret avait invité EmmanuelMoreau de la Compagnie les frères Lepropre à produire sa conférence gesticulée Dark Side of Nouvelles technologies de communication.

A mi-chemin entre la conférence et le théâtre, la conférence gesticulée mêle faits objectifs, exposés documentés et anecdotes de vie pour sensibiliser de façon ludique un public à des sujets de société parfois ardus. Ce jour-là Emmanuel Moreau souhaitait nous éclairer sur l’envers du décor des nouvelles technologies de la communication : internet, smartphones, e-commerce, réseaux sociaux, objets connectés, etc. De plus en plus présents dans nos vies, ces technologies nous facilitent souvent la vie et nous sommes bien souvent perdus lorsque nous en sommes privés. Emmanuel Moreau s’interroge sur son propre rapport à ces technologies et avec force graphiques et jeux de scènes, il nous fait prendre conscience du tribut que devrons acquitter pour ce « progrès ». Prise de pouvoir des GAFAM sur nos données personnelles et sur nos vies privées, dépendance de nos pays vis-à-vis des matériaux critiques (métaux rares en particulier), évolutions comportementales conduisant au « seuls ensemble ». Le spectateur retient son souffle en s’enfonçant, tiré par le fil de l’humour dans ce monde où les intérêts financiers effrénés, la cupidité, et la recherche d’avantages géopolitiques bafouent les droits humains.

La première représentation de Manuel Moreau a eu lieu devant les quatre classes de troisième du collège de l’Orbellière à Olivet. Les adolescents se sont progressivement pris au jeu de cette conférence gesticulée et ont pris conscience de leur dépendance aux nouvelles technologies et des dangers qu’elles représentent. le matin même le principal était intervenu auprès d’élèves qui étaient harcelés sur les réseaux sociaux. Le conférencier leur a fait découvrir le coût en énergie de toutes ses applications à l’aide de comparaisons très parlantes : si internet était un pays, il serait le 3ème plus gros consommateur d’électricité au monde derrière la Chine et les Etats Unis.

Il leur a montré des petites astuces simples pour réduire le poids des photos et fichiers partagés …

En jouant un double personnage : le geek complètement dépendant des nouvelles technologies et le citoyen conscient des problèmes engendrés par celles-ci et voulant préserver la planète, il leur a montré les difficultés qu’on rencontrait tous pour allier l’écologie et nos besoins actuels sans tomber dans la schizophrénie.

De plus, il a mis en évidence le travail difficile d’extraction de métaux rares réalisé en Afrique et en Chine, souvent par des enfants dans des conditions extrêmement difficiles, tout ça pour qu’on puisse avoir les derniers mobiles performants !!

Manuel Moreau a fait la promotion de son« paper gsm », son nouveau mobile le « i.poire » dernière génération dont il simulait l’utilisation sur son paperboard et quand il a tourné la page en disant : « zut ! Une seule barre, je n’ai plus de réseau !!! » Une élève au fond de la salle, prise au jeu, lui a crié : « j’ai un forfait illimité, je te fais un partage de connexion ? ». Les professeurs présents ont proposé de continuer ce travail d’information, notamment en visionnant un documentaire de cash investigation sur ce même sujet.

Difficile de savoir ce que retiendront les élèves, mais on peut se féliciter qu’ils se soient posé des questions sur l’usage quotidien des smartphones, technologie avec laquelle ils sont nés.

La seconde représentation à réuni le soir un peu moins de 80 personnes à l’amphithéâtre Marcel Reggui de la médiathèque d’Orléans. Emmanuel Moreau a déroulé le panorama des liens qui nous reliaient sans que nous en ayons conscience aux pires violations des droits humains en Afrique ou ailleurs. Une façon de nous dire que nous pouvons aussi être acteurs d’un changement. Après la démonstration mettant en scène trois personnages dont un geek dubitatif connecté à l’Afrique, les questions de la salle furent nombreuses, et chacun pu souvent témoigner de sa propre dépendance à ces technologies. Et souvent revint la question : mais alors, que faire ? Des réponses furent apportées parfois par la salle et le comédien. Un but était atteint : la prise de conscience que nos choix individuels, en termes de consommation de ces nouvelles technologies, peuvent aussi permettre de modifier le cours des choses dans un sens plus respectueux de l’environnement et des droits humains.

Cette conférence fut suivie par deux autres conférences très complémentaires :

dark side of NT






Dernière modification le 10/12/2019

Site motorisť par ZitePLUS 0.9.6